Les actus

  • Secteur agricole : relèvement du plafond TO-DE !

    Secteur agricole : relèvement du plafond TO-DE !
    actualite, Actu Sociale

    Récemment, l’administration a précisé que le niveau maximal de l’exonération de cotisations patronales travailleurs occasionnels – demandeurs d’emploi (TO-DE) dans le secteur agricole sera relevé. À quel niveau ?

    Niveau maximal de l’exonération TO-DE rehaussé depuis le 1er mai 2024 !

    Les employeurs agricoles embauchant des travailleurs occasionnels (TO) en CDD ou des demandeurs d’emploi (DE) en CDI peuvent bénéficier, toutes conditions remplies, d’une exonération mensuelle de cotisations patronales, portant sur le même périmètre de cotisations que la réduction générale de cotisations patronales.

    Cette exonération de cotisations peut durer au maximum 119 jours, consécutifs ou non, par employeur et salarié et par année civile.

    Ce dispositif exonératoire, qui devait être supprimé, a finalement été prolongé jusqu’au 31 décembre 2025.

    Face aux récents mouvements sociaux du monde agricole, le Premier ministre avait annoncé que dès cette année, le niveau maximal de l’exonération serait porté à 1.25 SMIC contre 1.2 SMIC jusqu’alors.

    Ce nouveau plafond est applicable aux cotisations et contributions dues au titre des périodes d’emploi courantes à compter du 1er mai 2024, y compris pour les contrats de travail en cours.

    Désormais, les employeurs agricoles peuvent donc bénéficier d’une exonération totale pour les rémunérations mensuelles brutes inférieures ou égales à 1.25 SMIC mensuelle.

    L’exonération TO-DE sera dégressive pour toutes les rémunérations comprises entre 1.25 et 1.6 SMIC mensuels et nulle pour celles égales ou supérieures à 1.6 SMIC.

    Enfin, notez que cette mise à jour, entrée en vigueur dès le 1er mai 2024, pourrait s’accompagner ultérieurement d’un aménagement à l’occasion de la prochaine loi de financement de la Sécurité sociale pour 2025.

    Affaire à suivre…

    Sources :
    • Actualité du Bulletin Officiel de la Sécurité sociale du 30 avril 2024 « Relèvement du plafond TO-DE »

    Secteur agricole : relèvement du plafond TO-DE ! - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/secteur-agricole-relevement-du-plafond-de-to-de

    Lire la suite
  • Aide financière suite aux inondations : de nouveaux bénéficiaires !

    Aide financière suite aux inondations : de nouveaux bénéficiaires !
    actualite, Actu Juridique

    Pour rappel, suite aux inondations en novembre 2023 et janvier 2024 dans le Nord et le Pas-de-Calais, une aide financière destinée aux entreprises a été mise en place. Le Gouvernement a récemment élargi les bénéficiaires.

    Inondations : une aide étendue aux activités de transport fluviale de fret

    Peuvent à présent bénéficier de l’aide de l’État les entreprises :

    • exerçant une activité de transport fluvial de fret en France ;
    • ayant subi une perte de chiffre d'affaires comprise entre 30 % et 50 % entre la période trimestrielle couvrant les mois de novembre 2023 à janvier 2024 et la période trimestrielle couvrant les mois de novembre 2022 à janvier 2023 ;
    • ayant subi, pour les entreprises créées en novembre 2022, une baisse de chiffre d'affaires comprise entre 30 % et 50 % entre les mois de décembre 2022 et décembre 2023 ;
    • dont « Voies navigables de France » a validé la demande d'exonération de péage effectuée dans le cadre des délibérations relatives à l'exonération du péage marchandise à la suite des crues de novembre 2023 et janvier 2024 sur la liaison à grand gabarit de l'écluse de Cuinchy à Dunkerque et sur la Lys.

    Notez que les entreprises doivent également :

    • être immatriculées au Registre national des entreprises ;
    • être créées au plus tard le 30 novembre 2022 ;
    • avoir un effectif inférieur ou égal à 10 salariés au niveau du groupe ;
    • avoir, au niveau du groupe, un chiffre d'affaires constaté lors du dernier exercice clos est inférieur à 2 M € ou, pour les entreprises n'ayant pas encore clos d'exercice, un chiffre d'affaires mensuel moyen sur la période comprise entre la date de création de l'entreprise et le 31 décembre 2023 inférieur à 166 667 € ;
    • être à jour au 31 octobre 2023 à jour de leurs obligations déclaratives fiscales et sociales et ne pas avoir de dette fiscale ou sociale impayée, sauf exception ;
    • ne pas être en procédure de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire au 31 octobre 2023.

    Notez enfin que les entrepreneurs ou, pour les sociétés, le dirigeant majoritaire, ne doivent pas être titulaires, au 1er novembre 2023, d'un contrat de travail à temps complet ou d'une pension de vieillesse.

    De même, ils ne doivent pas avoir bénéficié entre le 1er novembre 2023 et le 31 janvier 2024, d'indemnités journalières de sécurité sociale d'un montant supérieur à 2 400 €.

    Sources :
    • Décret no 2024-439 du 15 mai 2024 modifiant le décret no 2024-086 du 7 février 2024 portant création d'une aide pour les entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques résultant des inondations dans le Nord et le Pas-de-Calais en novembre 2023 et janvier 2024

    Aide financière suite aux inondations : de nouveaux bénéficiaires ! - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/aide-financiere-suite-aux-inondations-de-nouveaux-beneficiaires

    Lire la suite
  • Déclaration de revenus professionnels : on joue les prolongations !

    Déclaration de revenus professionnels : on joue les prolongations !
    actualite, Actu Fiscale

    Initialement prévue au 23 mai 2024, la date limite de déclaration des revenus professionnels BIC ou BNC est prolongée au 30 mai 2024 en raison de l’indisponibilité du service. Focus.

    Professionnels BIC et BNC : jusqu’au 30 mai 2024 pour déclarer vos revenus

    Dans la zone 1 (départements 01 à 19), les professionnels indépendants résidents en France ou non, avaient jusqu’au 23 mai 2024 à 23h59 pour déclarer leurs bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou leurs bénéfices non commerciaux (BNC).

    Une date limite de déclaration qui vient d’être prolongée au 30 mai 2024 en raison de l’indisponibilité du service de déclaration en ligne sur le site impots.gouv.fr.

    Pour rappel, les BIC et les BNC concernent à la fois les exploitants individuels (micro-entrepreneur et exploitant individuel) et les associés de sociétés non soumises à l’impôt sur les sociétés.

    Notez qu’aucune prolongation des dates limites de déclaration n’est envisagée pour le moment pour les zones 2 et 3.

    Sources :
    • Impots.gouv.fr

    Déclaration de revenus professionnels : on joue les prolongations ! - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/declaration-de-revenus-professionnels-joue-les-prolongations

    Lire la suite
  • Investissement non-éligible au dispositif Girardin : quel préjudice à indemniser ?

    Investissement non-éligible au dispositif Girardin : quel préjudice à indemniser ?
    actualite, Actu Fiscale

    Souhaitant bénéficier d’un dispositif de réduction fiscale, 2 particuliers prennent part à un programme d’investissements proposé par une société. Sauf que cette dernière fait une erreur dans le montage qui aboutit à un redressement fiscal. Se pose alors la question de l’indemnisation que doit verser la société. Le montant du redressement ? Ou plus ?

    Préjudice = réductions fiscales passées et futures ?

    Une société propose à 2 particuliers un programme d’investissement en outre-mer basé sur la loi dite « Girardin » qui offre aux investisseurs une réduction d’impôt sur le revenu.

    L’investissement consiste en l’achat de parts de SCI qui elles-mêmes achètent ou font construire des logements pour les louer comme logements sociaux.

    Mais les particuliers investisseurs vont faire l’objet d’un redressement fiscal car les SCI n’étaient, en fait, pas éligibles au dispositif Girardin.

    Les investisseurs réclament donc à la société d’être indemnisés de leur préjudice, que la société entend limiter au seul montant du redressement fiscal.

    Ce qui est insuffisant pour les investisseurs. Leur préjudice est, selon eux, constitué, d’une part, du redressement fiscal et, d’autre part, de la perte totale de la réduction fiscale.

    Parce que la société a commis une erreur dans son montage, les particuliers ont perdu la totalité des déductions d’impôts auxquelles ils auraient eu droit normalement. Un préjudice supplémentaire qui doit donc être indemnisé…

    Ce que confirme le juge qui tranche en faveur des particuliers : leur préjudice ne se limite pas au redressement, mais bien à l’ensemble des déductions fiscales dont ils auraient bénéficié si la société avait fait un montage éligible…

    Sources :
    • Arrêt de la Cour de cassation, chambre commerciale, du 2 mai 2024, no 22-19626

    Investissement non-éligible au dispositif Girardin : quel préjudice à indemniser ? - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/investissement-non-eligible-au-dispositif-girardin-quel-prejudice-a-indemniser

    Lire la suite
  • Association : une compétition sportive qui tourne à l’orage…

    Association : une compétition sportive qui tourne à l’orage…
    actualite, Actu Juridique

    Une association organise une compétition sportive à l’issue de laquelle l’un des participants part faire une course de récupération. Malheureusement, durant cette course, un orage survient et un arbre chute et le blesse. La responsabilité de l’association peut-elle être engagée ?

    Association : attention à la météo !

    Une association organise une compétition sportive sur un plan d’eau. L’un des participants décide d’effectuer une course à pied de récupération et est blessé par la chute d'un arbre en bordure du chemin longeant le plan d'eau, en raison de l’apparition d’un orage.

    Pour le participant, l’association a manqué à son obligation de sécurité et doit l’indemniser : des alertes météorologiques avaient été émises et imposaient une vigilance accrue des organisateurs de la compétition et une anticipation de la survenue possible d'orages violents. Ce qui n’a pas été fait…

    « Ce n’est pas notre rôle ! », répond l’association, pour qui son obligation de sécurité ne s’étend pas à celle d’émettre auprès des participants des messages de prévention destinés à rappeler le comportement à adopter en cas d'épisode orageux.

    À tort, pour le juge : pour lui, en ne donnant aucune consigne de sécurité sur la conduite à tenir en cas de dégradation des conditions météorologiques, notamment sur les lieux à rejoindre pour se mettre à l'abri, l’association a bel et bien manqué à son obligation de sécurité.

    Elle doit donc indemniser le participant blessé…

    Sources :
    • Arrêt de la Cour de cassation, 1re chambre civile, du 31 janvier 2024, no 22-22957

    Association : une compétition sportive qui tourne à l’orage… - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/association-une-competition-sportive-qui-tourne-a-l-orage

    Lire la suite
  • Travaux de défrichement : ne pas aller plus vite que la musique…

    Travaux de défrichement : ne pas aller plus vite que la musique…
    actualite, Actu Juridique

    Une société réalise des travaux de défrichement en dérogeant aux obligations environnementales. Une dérogation contestée par une association qui demande au juge d’intervenir en urgence… Une urgence toute relative, réplique la société, 90 % des travaux ayant déjà été réalisés…

    Travaux et espèces protégées : le point sur la notion d’urgence…

    Dans le cadre de la restructuration de son terrain, une société obtient de la préfecture une dérogation aux obligations environnementales et plus particulièrement à celles de risque de destruction d'espèces protégées. 

    Une dérogation contestée par une association de défense de l’environnement en urgence…

    « Trop tard ! », réplique la société : 90 % des travaux de défrichement ont été réalisés. Par conséquent, eu égard à l'état d'avancement des travaux, le caractère d’urgence de la demande de l’association n’existe plus.

    « À temps ! », estime au contraire le juge, pour qui l'impact des travaux restant à effectuer sur les espèces protégées peut encore conduire à regarder la condition d'urgence comme remplie.

    Sources :
    • Arrêt du Conseil d’État du 8 avril 2024, n° 469526

    Travaux de défrichement : ne pas aller plus vite que la musique… - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/travaux-de-defrichement-ne-pas-aller-plus-vite-que-la-musique

    Lire la suite
  • Projet dans les friches : sur présentation d’un certificat ?

    Projet dans les friches : sur présentation d’un certificat ?
    actualite, Actu Juridique

    Le Gouvernement a engagé une politique pour favoriser la construction dans les friches. Pour cela, divers leviers ont été actionnés, dont l’un est la création d’un certificat de projet dans les friches. Objectif affiché : simplifier la vie administrative des porteurs de projets. Retour sur le dispositif…

    Certificat de projet dans les friches : comment l’obtenir ?

    Pour rappel, la loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, votée en 2021, a créé une expérimentation permettant au préfet d’établir un certificat pour les projets intégralement situé dans une friche.

    Ce certificat de projet dédié aux friches vise à simplifier la vie administrative des porteurs de projets en centralisant et rappelant dans un document unique les règles applicables (issues du code rurale, du code du patrimoine, du code de l’environnement, du code de l’urbanisme, etc.).

    Les modalités de dépôt de la demande de certificat de projet et son contenu sont désormais connus. La demande doit être adressée au préfet, soit par pli recommandé avec demande d'avis de réception, soit déposée en préfecture, soit envoyée par mail.

    En outre, la demande comporte :

    • l'identité du demandeur ;
    • la localisation, la nature et les caractéristiques principales du projet ;
    • une description succincte de l'état initial des espaces concernés par le projet et ses effets potentiels sur l'environnement.

    Une fois que la préfecture a accusé réception de la demande, le préfet a 4 mois pour établir et notifier le certificat au porteur de projet.

    Enfin, sachez qu’il est précisé que l’expérimentation débutera le 1er juin 2024. Les demandes de certificats pourront être présentées jusqu’au 31 mai 2027.

    Sources :
    • Décret n° 2024-452 du 21 mai 2024 relatif à l'expérimentation d'un certificat de projet dans les friches
       

    Projet dans les friches : sur présentation d’un certificat ? - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/projet-dans-les-friches-sur-presentation-d-un-certificat

    Lire la suite
  • IOTA : morceler un projet pour moins de contraintes juridiques = (im)possible ?

    IOTA : morceler un projet pour moins de contraintes juridiques = (im)possible ?
    actualite, Actu Juridique

    Les installations, ouvrages, travaux et activités (IOTA) font l’objet d’un encadrement strict allant de la simple déclaration à l’autorisation préfectorale, selon les situations. Pour éviter ces contraintes juridiques, une association a décidé de morceler son projet. Est-ce licite ?

    IOTA : il faut présenter un projet dans sa totalité !

    Pour rappel, les installations, ouvrages, travaux et activités (IOTA) sont les projets qui ont des impacts ou présentent des dangers pour le milieu aquatique et la ressource en eau.

    À ce titre, ils font l’objet d’une réglementation spécifique prévoyant soit une déclaration, soit une autorisation en préfecture. Dans certaines situations d’urgence, il est même possible d’être dispensé de déclaration ou d’autorisation.

    Une association, propriétaire d’un étang, décide de procéder à sa vidange, une opération qui n’est pas soumise à cette procédure administrative au titre de la législation sur l'eau.

    Mais, à la suite de la vidange de l’étang, l’association se trouve dans l’obligation de réaliser des travaux d’urgence qui consiste à curer les sédiments et à détruire une digue en vue, finalement, de la suppression définitive de cet étang pour faciliter l’écoulement d’une rivière.

    Une opération qui rend obligatoire le respect de la procédure propre aux IOTA, mais, compte tenu du caractère d'urgence des travaux, l’association a considéré, comme le directeur départemental des territoires, qu’ils pouvaient être entrepris sans que soit déposé un dossier de déclaration au titre de la loi sur l'eau.

    Ce que conteste ici une association de défense de l’environnement. Pour elle, la vidange de l'étang était d'emblée envisagée en vue de l'effacement du plan d'eau et les travaux de vidange et de curage des sédiments et la destruction de la digue avaient pour finalité la suppression définitive de cet étang, afin de permettre à une rivière de s'écouler sans retenue.

    Toujours selon cette association de défense de l’environnement, il ne s’agit pas de plusieurs opérations morcelées, mais bien d’une seule et même opération dépendant d'une seule personne et concernant le même milieu aquatique dont l'instruction aurait dû être réalisée sous la forme d'une procédure unique propre aux IOTA.

    Ce que confirme le juge : il rappelle, en effet, qu’une demande unique doit être déposée pour les projets qui forment ensemble une même opération, y compris lorsqu'il est prévu de les réaliser successivement.

    Sources :
    • Arrêt du Conseil d’État du 8 mars 2024, no 460964

    IOTA : morceler un projet pour moins de contraintes juridiques = (im)possible ? - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/iota-morceler-un-projet-pour-moins-de-contraintes-juridiques-impossible

    Lire la suite
  • Aide financière liée au carburant : séance de rattrapage pour les entreprises de pêche

    Aide financière liée au carburant : séance de rattrapage pour les entreprises de pêche
    actualite, Actu Juridique

    L’augmentation du prix des carburants fait peser une lourde charge sur certains professionnels, ce qui a conduit le Gouvernement à créer des aides financières pour ceux-ci. C’est notamment le cas des entreprises de pêche.

    Aide de trésoreries pour les entreprises de pêche : mise en place d’un complément

    En 2022, une aide financière a été mise en place pour permettre aux entreprises de pêche d’être aidées dans leurs achats de carburant.

    Un montant forfaitaire pouvait ainsi leur être alloué en fonction des quantités de carburant acquises.

    Plusieurs phases se sont succédées avec des évolutions du montant de l’aide.

    Pour les entreprises ayant bénéficié de l’aide sous forme d’avance lors de la phase 1, mais n’ayant pas nécessairement fait les demandes nécessaires pour obtenir les aides lors d’une ou plusieurs des phases suivantes, il est possible de formuler des demandes au titre des phases dont elles n’ont pas pu profiter.

    Le montant des aides est de :

    • 0,35 € par litre de carburant acheté et acquitté du 17 mars au 31 mars 2022 ;
    • 0,20 € par litre de carburant acheté et acquitté du 1er avril au 31 août 2022 ;
    • 0,10 € par litre de carburant acheté et acquitté du 1er septembre au 30 septembre 2022 ;
    • 0,1667 € par litre de carburant acheté et acquitté du 16 novembre au 31 décembre 2022 ;
    • 0,25 € par litre de carburant acheté et acquitté du 1er janvier au 15 février 2023 ;
    • 0,20 € par litre de carburant acheté et acquitté du 16 février 2023 au 15 octobre 2023.

    L’enveloppe totale accordée pour cette aide est de 2 millions d’euros. Une fois ce plafond atteint, il ne sera plus possible d’obtenir cette aide.

    Le formulaire et ses pièces justificatives doivent être adressés à la Direction interrégionale de la mer ou Délégation de la mer (DIRM/DM) dont dépend le siège social de l’entreprise faisant la demande.

    Sources :
    • Arrêté du 26 avril 2024 relatif à la mise en œuvre d'un dispositif complémentaire d'aide à la trésorerie pour les entreprises de pêche

    Aide financière liée au carburant : séance de rattrapage pour les entreprises de pêche - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/aide-financiere-liee-au-carburant-seance-de-rattrapage-pour-les-entreprises-de-peche

    Lire la suite
  • Aides couplées végétales : (nouveaux) montants connus pour 2023

    Aides couplées végétales : (nouveaux) montants connus pour 2023
    actualite, Actu Juridique

    Grâce à la Politique agricole commune (PAC), les exploitants agricoles peuvent bénéficier d’aides financières pour favoriser leurs activités. Certaines de ces aides sont liées aux types de cultures et d’élevages réalisés : ce sont les aides couplées, pour lesquelles certains montants ont été précisés…

    Agriculteurs : des précisions sur les aides financières

    Pour les exploitants agricoles connaissant des difficultés financières, il est possible de se faire attribuer des aides versées par l’État sous l’impulsion de la Politique agricole commune (PAC).

    Certaines de ces aides sont versées de façon forfaitaire en fonction du type de cultures ou d’élevages réalisés par les agriculteurs : ce sont les « aides couplées ».

    Les montants de plusieurs aides couplées végétales sont désormais connus pour la campagne de versement de 2023. Ils se répartissent comme suit :

    • 950 € pour la production de prunes ;
    • 590 € pour la production de cerises ;
    • 442 € pour la production de houblon ;
    • 133 € pour la production de riz ;
    • 84 € pour la production de pommes de terre féculières ;
    • 44 € pour la production de semences de graminées ;
    • 52,55 € pour la production de blé dur ;
    • 1 300 € pour la production de poires destinées à la transformation ;
    • 563 € pour la production de pêches destinées à la transformation ;
    • 1 140 € pour la production de tomates destinées à la transformation ;
    • 1 588 € pour l’aide au maraîchage ;
    • 81 € pour la production de chanvre ;
    • 104,2 € pour la production de légumineuses à graines et légumineuses fourragères déshydratées ou destinées à la production de semences ;
    • 149 € pour la production de légumineuses fourragères dans les zones de montagne ;
    • 130 € pour la production de légumineuses fourragères hors zones de montagne.
    Sources :
    • Arrêté du 19 février 2024 fixant le montant unitaire des aides couplées végétales pour la campagne 2023
    • Arrêté du 1er mars 2024 modifiant l'arrêté du 19 février 2024 fixant le montant unitaire des aides couplées végétales pour la campagne 2023
    • Arrêté du 18 avril 2024 modifiant l'arrêté du 19 février 2024 fixant le montant unitaire des aides couplées végétales pour la campagne 2023
    • Arrêté du 24 avril 2024 modifiant l'arrêté du 19 février 2024 fixant le montant unitaire des aides couplées végétales pour la campagne 2023

    Aides couplées végétales : (nouveaux) montants connus pour 2023 - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/aides-couplees-vegetales-nouveaux-montants-connus-pour-2023

    Lire la suite
  • Réduflation : la transparence est de mise !

    Réduflation : la transparence est de mise !
    actualite, Actu Juridique

    L’inflation se faisant de plus en plus sentir sur les finances des consommateurs et ceux-ci se montrant plus regardants sur les prix, de nouvelles méthodes émergent chez les professionnels dans le but d’optimiser les achats : on parle de « shrinkflation » ou de « réduflation ». Des méthodes pour lesquelles il va falloir être transparent…

    Information des consommateurs : quand le panier est plus léger…

    L’inflation ayant eu un impact important sur les prix des produits de consommation commune, les consommateurs deviennent de plus en plus regardants sur le coût de leurs achats.

    C’est dans ce contexte que s’est développée la « réduflation » ou « shrinkflation », une pratique consistant à commercialiser un produit ayant subi une réduction peu perceptible de sa quantité tout en maintenant son prix initial.

    Cette méthode est critiquée puisqu’elle peut amener le consommateur à penser qu’il achète un produit qu’il connait à un prix habituel sans s’apercevoir que le coût en a augmenté.

    C’est pourquoi le Gouvernement a décidé de prendre des mesures pour améliorer l’information des consommateurs quand ce genre de cas se présente.

    À partir du 1er juillet 2024, les acteurs de la distribution de produits de grande consommation qui exploitent un magasin dont la surface de vente est supérieure à 400 m² devront directement avertir les consommateurs lorsqu’un produit sera concerné par la réduflation.

    Ils devront faire apparaitre sur le produit ou sur un affichage à proximité une mention faisant état de l’évolution du coût du produit selon les termes suivants : « Pour ce produit, la quantité vendue est passée de X à Y et son prix au (préciser l'unité de mesure concernée) a augmenté de …% ou …€. »

    Cette mention devra apparaitre dans une dimension similaire à celle de l’affichage du prix du produit et devra être maintenue pendant 2 mois à compter de la mise en vente du produit dans sa quantité réduite.

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/reduflation-la-transparence-est-de-mise

    Lire la suite
  • Avantages fiscaux pour les investissements dans les DOM et à Saint-Martin : et c’est reparti !

    Avantages fiscaux pour les investissements dans les DOM et à Saint-Martin : et c’est reparti !
    actualite, Actu Fiscale

    La loi de finances pour 2024 a suspendu, à compter du 31 décembre 2023, les aides fiscales accordées au titre des investissements réalisés dans les départements d'outre-mer et à Saint-Martin dans les secteurs des transports et du haut débit. Une suspension qui vient de prendre fin… Explications.

    Investir dans les DOM et à Saint-Martin dans le transport = des aides fiscales qui reprennent du service

    Pour rappel, les investissements réalisés dans les départements d'outre-mer et à Saint-Martin dans les secteurs des transports et du haut débit permettaient de bénéficier d’avantages fiscaux s’agissant des investissements mis en service et aux agréments délivrés jusqu'au 31 décembre 2023 et à compter d'une date fixée par décret, qui ne pouvait être publié qu’après obtention de la réponse de la Commission européenne confirmant la conformité de ces dispositifs à la réglementation européenne.

    Et c’est chose faîte ! Une réponse positive de la Commission européenne a permis la publication d’un décret autorisant la poursuite des aides fiscales en faveur des investissements productifs mis en service à et aux agréments délivrés à compter du 1er janvier 2024, réalisés dans les départements d'outre-mer et à Saint-Martin dans le secteur des transports.

    Une décision qui permet d’assurer la continuité de l'avantage fiscal.

    Pour finir, notez que le décret ne mentionne pas les investissements réalisés dans le secteur du haut débit. L’aide fiscale les concernant reste donc suspendue.

    Sources :
    • Décret no 2024-407 du 3 mai 2024 pris pour l'application des dispositions du C du V de l'article 75 de la loi no 2023-1322 du 29 décembre 2023 de finances pour 2024 concernant les investissements réalisés dans les départements d'outre-mer et à Saint-Martin dans le secteur des transports

    Avantages fiscaux pour les investissements dans les DOM et à Saint-Martin : et c’est reparti ! - © Copyright WebLex

    https://www.weblex.fr/weblex-actualite/avantages-fiscaux-pour-les-investissements-dans-les-dom-et-a-saint-martin-et-c-est-reparti

    Lire la suite